Ce 6 juin, Ecolo présentait ses têtes de liste pour les élections provinciales dans les districts de Namur, Andenne et Gembloux et leurs priorités pour une province + verte, + solidaire et + éthique. Dans le district de Gembloux dont fait partie notre commune, c’est Bénédicte Rochet de Mettet qui conduira la liste en compagnie de Philippe Grevisse. Avec ses colistiers, elle s’engage pour une province en transition écologique, sociale et de gouvernance

Découvrez leurs priorités ici 20180606 CP Présentation couples de tête provinciaux.

Bénédicte ROCHET
Tête de liste pour le district de Gembloux
Mettet – 42 ans – Historienne

Bénédicte habite en Province de Namur depuis 15 ans. D’origine carolo, elle a choisi avec son compagnon de s’installer à Mettet pour offrir à leurs deux garçons un cadre de vie de qualité. Docteure en Histoire, son parcours professionnel l’a emmenée de Bruxelles à Paris en passant par Namur où elle est aujourd’hui première assistante et chargée de cours à l’Université. Spécialiste des deux guerres mondiales et de l’histoire du cinéma, elle participe à différents projets culturels, patrimoniaux et mémoriels développés en Province de Namur. Membre d’Ecolo depuis 2012, elle a été co-secrétaire de la locale de Mettet. Curieuse et dynamique, pragmatique et rigoureuse, Bénédicte veut œuvrer pour une société alternative, créative et solidaire.

Philippe GREVISSE
Second de liste pour le district de Gembloux
Gembloux – 67 ans – Ingénieur

De 2000 à 2012 il y fut Président du CPAS et Echevin des Finances, particulièrement sensible à la dignité humaine tant des personnes en difficulté que des agents du CPAS, et à une gestion rigoureuse. Il est actuellement conseiller communal, engagé dans une opposition « constructive », pour faire de sa commune une Ville en transition, plus sociale, plus solidaire, plus humaine et plus verte. Ingénieur de formation, il continue coacher des équipes et des chômeurs âgés. Au sein du SEM asbl (Service Entraide Migrants) il milite pour rendre sa commune hospitalière et faire de la multiculturalité une richesse. Au sein d’Agricovert scfs, il défend l’agroécologie, une rémunération équitable des producteurs bio et une alimentation « circuits courts ». Son jardin, des randonnées vélo, la guitare, le chant au sein d’un ensemble vocal et la méditation sont ses lieux de ressourcement.

Share This